concours de restauration

🥞 Elle participe à un concours de restauration de crêpes, et meurt …étouffée.

DARWIN AWARDS

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

Un concours de restauration de crêpes qui finit mal

2 avril 2017. Décidément, les concours de restauration en Amérique n’ont pas fini de faire parler d’eux. C’est l’histoire cette fois d’une jeune femme qui, pour une collecte de fonds organisée le 30 mars 2018, releva le défi d’un concours de restauration visant à manger le plus de crêpes en un laps de temps record. Le problème, elle en mourut, étouffée…

Caitlin Nelson, une étudiante de 20 ans à la Sacred Heart University dans le Connecticut aux États-Unis, passait une journée festive des plus banales dans sa vie. Elle aidait souvent les autres et était d’ailleurs une conseillère certifiée en santé mentale pour les jeunes, et faisait du bénévolat au Resiliency Center de Newtown. Elle s’est inscrite et a participé à un concours de crêpes organisé par les différentes branches de son université, représentant les Kappa Delta. Comme le veut ce type de jeu, les participants enchaînent sans relâche et s’empiffrent de nourriture afin d’être désigné gagnant, celui ou celle qui en a ingurgité le plus en un laps de temps record. Mais après quelques minutes, Caitlin commence à s’étouffer.

Le policier local, Robert Kalamaras, a décrit le moment où Caitlin a commencé à s’étouffer dans le journal The Post. Il a déclaré: « Elle commença à s’étouffer avec une crêpe et quelqu’un s’en est rendu compte, l’une des étudiantes en sciences infirmières du concours. Elle l’a alors attrapée alors que l’étudiante commençait à chuter et l’a amenée lentement au sol. »

Elle commença à trembler de manière incontrôlable après avoir seulement consommé quatre ou cinq crêpes. Un deuxième étudiant en soins infirmiers présent à la fête se précipita à son tour pour essayer de l’aider et la police et les ambulanciers paramédicaux sont rapidement arrivés sur les lieux. La police appelée pour fournir une assistance médicale déclara ne pas être en mesure de déloger une masse de pâte à crêpes avec une texture « semblable à du béton » de ses voies respiratoires.

« Nos agents sont arrivés sur les lieux rapidement », déclara au journal People le chef de la police de Fairfield, Gary MacNamara. « Ils ont immédiatement pris conscience de la gravité de la situation et ont tenté désespérément et héroïquement de dégager ses voies respiratoires. Tragiquement, l’obstruction n’était pas facile à éliminer et ce manque d’oxygène pendant cette période a finalement causé de graves dommages. »

Caitlin ne décéda pas tout de suite. Elle fut transportée dans un hôpital local puis transférée au centre médical de l’Université Columbia à New York, où elle décéda quelques jours plus tard.

L’enquête de la police révéla que la jeune femme avait la bouche « compactée avec des crêpes, jusqu’aux dents ». L’autopsie révéla qu’elle était décédée d’asphyxie en raison d’une obstruction des voies respiratoires.

Il est vrai que les concours de consommation, qu’ils soient amateurs ou professionnels, présentent des risques pour la santé et peuvent parfois conduire à des accidents tragiques comme dans le cas de Caitlin Nelson. La sensibilisation du public à ces dangers est importante afin d’éviter de futures tragédies. Les organisateurs de tels événements devraient également prendre des mesures de sécurité appropriées pour minimiser les risques pour les participants. Il est compréhensible que la famille de Caitlin ait intenté une action en justice pour obtenir des dommages-intérêts et mettre en lumière les dangers de tels concours.

L’université, quant à elle, a affirmé que Caitlin était décédée des suites de sa « négligence et de son insouciance », et qu’elle était, par conséquent, elle seule responsable de sa mort.

Un sergent de police qui avait tenté de la sauver l’a reconnue lorsqu’elle avait fait un discours pour les commémorations du World Trade Center, où son père James Nelson Way avait perdu la vie. Une rue porte aujourd’hui son nom. Ce dernier avait été affecté au terminal des bus de l’autorité portuaire et est décédé le 11 septembre 2001, lors des attaques terroristes sur le World Trade Center. (voir vidéo ci-dessous).

De nombreuses sources rapportent que la sœur et vice-présidente de la sororité du Kappa Delta se spécialisait dans le travail social et devait obtenir son diplôme en 2018. Elle était également extrêmement impliquée dans le service communautaire et s’était portée volontaire pour aider les victimes de traumatismes après la fusillade de l’école élémentaire Sandy Hook en 2012. La famille de Caitlin a, après sa mort, fait don de ses organes.

Pourtant, malgré la succession de morts et les risques connus, les Américains continuent de participer à ce type de concours. Il y a même une fédération officielle ! Pour vous informer, voilà les risques qu’encourent les participants :


Risques non calculés par la jeunesse

En effet, ces événements peuvent prendre un tournant dangereux selon les scientifiques. L’étouffement est probablement le danger le plus immédiat pour la santé de ces compétitions, car les candidats se chargent généralement de manger à grande vitesse. Lorsque cela se produit, il peut y avoir un manque de coordination entre mâcher et avaler. Si vous obstruez les voies respiratoires, vous pouvez vous étouffer et vous ne disposez que de quelques minutes pour les dégager. Une victime étouffante dispose généralement de quatre à six minutes pour obtenir de l’aide avant qu’un manque d’oxygène ne commence à endommager le cerveau.

Parmi les autres risques à court terme, il y a la possibilité de déchirer l’œsophage en ingérant trop de nourriture. Mais les risques de ces compétitions ne finissent pas une fois terminées.


Développer une obésité morbide, et en mourir

Bien que peu de recherches aient été menées sur les effets à long terme de l’alimentation compétitive, une étude souvent citée en 2007 réalisée par l’Université de Pennsylvanie a montré que ce sport peut transformer le corps et que les risques sont pires que ce que l’on pourrait imaginer.

Les chercheurs ont comparé les estomacs d’un champion de la restauration rapide et d’un sujet témoin lors d’un test de consommation rapide afin de déterminer dans quelle mesure les consommateurs les plus compétitifs sont capables de manger aussi vite. Les résultats de l’étude suggèrent que les mangeurs de vitesse dilatent l’estomac pour former un énorme sac flasque capable d’accueillir d’énormes quantités de nourriture. Ils pensent que les mangeurs de vitesse professionnels peuvent éventuellement développer une obésité morbide, une gastro-parésie profonde, des nausées et des vomissements intraitables, voire même la nécessité d’une gastrectomie. Malgré sa popularité croissante, les concours de restauration sont une forme de comportement autodestructeur.

C’est triste, mais nous sommes tous maîtres de notre destinée. Tous les Américains connaissent les risques, et cela n’arrive jamais qu’aux autres… Regardez bien ses photos, regardez bien cette famille déchirée. Que cette énième histoire refroidisse certaines ardeurs et fasse prendre conscience une bonne fois pour toutes de la dangerosité de ces concours stupides, potentiellement mortels, en plus d’être visuellement dégradants ! RIP Caitlin.

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

🥞 Elle participe à un concours de restauration de crêpes, et meurt …étouffée.

DARWIN AWARDS

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor