faire une photo

Suisse : Il voulait faire une photo au bords de la falaise, mais c’était… d’un peu trop prêt.

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

Il voulait faire une photo au bords de la falaise. 31 mai 2019, 16 h 30 au Creux-du-Van en Suisse. Un randonneur de 35 ans, originaire du canton du Valais, a fait une chute mortelle alors qu’il souhaitait prendre une photo au ras des falaises sur ce site emblématique du Val de Travers, entre la frontière française et le lac de Neuchâtel. Là où, depuis le haut de la falaise se déroule un impressionnant amphithéâtre d’un kilomètre de diamètre. Lorsqu’il a glissé, il est tombé dans le pierrier, au pied du cirque rocheux, plus d’une centaine de mètres plus bas. Il est mort sur le coup.

Le problème, c’est que de nombreux randonneurs ne mesurent pas le danger et s’approche au plus ras de la falaise pour prendre la photo la plus sensationnelle possible, ce que déplore le ranger du Creux-du-Van. Ce dernier met en garde les randonneurs qui n’ont pas toujours conscience des dangers inhérents à cette zone escarpée.

« Je vois très souvent des situations où des gens veulent faire des selfies au bord des falaises. Lorsque ça arrive, je me permets de leur dire de faire attention. Des fois, ils me font peur », a déclaré le gardien du site. Et ce, même si le ranger du Creux-du-Van n’est aucunement en charge de la sécurité des randonneurs, ses missions auprès du public étant orientées vers le respect et la sensibilisation à la nature.

Pour le ranger Alain Tschanz, certains randonneurs ne se rendent pas compte que le Creux-du-Van peut être dangereux, « L’accident de vendredi ne m’étonne pas franchement. »

Pour le ranger qui fréquente la réserve naturelle presque au quotidien, certains randonneurs ne se rendent pas compte des dangers inhérents aux zones escarpées. « Tous les gens qui viennent ne sont pas des montagnards. Peut-être qu’on ne se sent pas aussi exposé au Creux-du-Van que dans les Alpes », dit-il, citant l’équipement parfois déficient des randonneurs. « Il manque parfois du simple bon sens. »

De bon sens, ou de peut être plus !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor