jeune fille qui refuse ses avances

🐎 Il poursuit à cheval une jeune fille qui refuse ses avances et …se fracasse le crâne.

DARWIN AWARDS

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

Amour Chevaleresque ou Catastrophe Royale ? Le Dernier Galop de Louis III

Dans une tournure d’événements digne d’une comédie noire médiévale, le 5 août 882, Louis III, descendant du grand Charlemagne et co-souverain de la Francie occidentale, a transformé une tentative de flirt équestre en un spectacle tragiquement comique. Fils de Louis le Bègue, notre monarque n’a apparemment pas hérité de l’éloquence de son père mais plutôt d’une maladresse mortelle.

L’histoire, qui semble être tirée d’un script rejeté pour sa crédibilité douteuse, nous montre Louis, frappé par la beauté d’une jeune fille noble, tentant une approche pour le moins… cavalière. Lorsque la demoiselle, terrifiée par les avances royales, prend la fuite, Louis, dans un élan d’amour propre à la noblesse, la poursuit à cheval. Mais voilà, le destin, et surtout l’architecture médiévale, en décide autrement.

 

Quand les Portes du Destin Claquent : La Fin Burlesque de Louis III

En effet, la scène digne d’une farce se conclut par un calcul malheureux de la part de notre souverain : il oublie de prendre en compte la hauteur du linteau de la porte. L’issue est aussi brutale qu’humoristique : Louis se cogne la tête et se brise les reins contre l’arçon de sa selle, transformant une poursuite amoureuse en un accident mortel. Transporté au couvent de Saint-Denis, il espère un miracle qui ne viendra pas, et rend l’âme deux jours plus tard, laissant le trône à son frère Carloman.

Cette anecdote, loin des champs de bataille et des intrigues politiques, nous offre un aperçu des risques insoupçonnés de la courtoisie médiévale. Entre deux guerres et négociations, Louis III a choisi de combattre pour l’amour, armé de son seul destrier, pour finalement succomber non pas face à un ennemi, mais à l’intransigeance d’une porte.

Dans ce récit où l’humour noir côtoie la tragédie, Louis III nous rappelle que même les rois ne sont pas à l’abri des caprices du destin, et qu’une porte mal mesurée peut s’avérer plus fatale qu’une armée de Normands aux portes du royaume. Ainsi s’achève l’histoire de Louis, non pas sur un champ de bataille glorieux, mais dans un acte de séduction équestre mal calculé, laissant derrière lui une leçon royale : en amour comme à la guerre, il est crucial de connaître ses limites.

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

🐎 Il poursuit à cheval une jeune fille qui refuse ses avances et …se fracasse le crâne.

DARWIN AWARDS

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor