Grimpeur

18 ans, Grimpeur, il a fait le pont, cela lui a coûté …sa vie.

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

18 ans, Grimpeur, il a fait le pont, il en est mort. 12 janvier 2018. Un des nombreux « Grimpeurs » (Discipline qui consiste à grimper sur tout ce qui peut mortellement vous tuer en cas de chute à cause de la hauteur, afin de briller et se faire connaitre sur les réseaux sociaux. Oui, avant ils n’existaient pas, puisqu’ils n’y avait pas internet !) Un des nombreux (malheureusement) « Grimpeur » âgé de 18 ans, « Siirvgve », Maxime Sirugue de son vrai nom, est mort.

Comment ? On s’en doute, puisque tous presque sans exception décèdent un jour ou l’autre, voir sur internet les nombreux articles en preuves, ou même, ceux de votre site DUMBER.land

Il pratiquait une discipline aussi vertigineuse que dangereuse, appelé aussi « l’urban climbing ». Ouai, c’est plus cool à dire devant les filles que Grimpeur, qui renvoie plus à un singe escaladant tout ce qui bouge sans conscience réelle du danger qu’il prend. … .. ah bah tout compte fait … !

Maxime Sirugue, de son vrai nom (Car non ! Ce n’était pas une personnalité ou une Star, mais juste un gamin de 18 ans !), s’est tué alors qu’il escaladait un (énième) pont lyonnais pour immortaliser les hauteurs de la ville sur sa page Youtube, son Facebook, son Instagram, bref sur tout ce qui pouvait flatter son ego en dévoilant ses clichés ! (Nous n’avons pas vérifié le total des modes de diffusion, nous vous laissons cette tâche).

Perché sur les hauteurs de Lyon les pieds dans le vide et la tête dans les nuages (c’est le cas de le dire), Maxime a été, selon la police, « victime » (Il n’avait pas conscience de ce qu’il faisait ? C’était autorisé ? Nous ne comprenons pas à DUMBER l’introduction du mot victime dans certains journaux à chaque fois qu’un Grimpeur se tue ?) d’une chute « accidentelle » (encore mieux !) depuis le pont de la Mulatière, il était en plein exercice de ses deux passions: la photographie et la grimpe urbaine. (Encore un mot pour désigner cette folie)

Photo du pont de la Mulatière, lieu où les faits se sont produits

Chasseur d’image de l’extrême, Siirvgve escaladait tours, stades, usines désaffectées, ou toute autre structure urbaine à même de lui procurer sensations et panoramas. Il alliait ainsi l’urban climbing, soit escalader la ville à la force des mains sans mesures de sécurité (Mais M**** ! Il avait 18 ans il était encore un bébé, en quoi pouvons-nous citer la force de ses mains !?!) et l’exploration urbaine ou Urbex, selon l’expression consacrée (4ème nom différent, ils ont le choix !) qui consiste à dénicher les infrastructures oubliées par l’homme et souvent interdites d’accès (en fait, toujours, mais cela n’aurait pas collé avec l’image que l’on souhaite donner du défunt DUMBER).

Photographie, nous ne sommes une fois de plus pas d’accord. A partir du moment où tu t’affiches dans le cadre de la photo de presque tous tes clichés, dans des endroits et dans des positions avec un risque potentiel de mort imminente, non, tu n’es pas un photographe, tu es un Youtubeur inconscient qui cherche à briller par tous les moyens possibles, et qui donne en plus un mauvais exemple à des plus jeunes qui pourraient vouloir reproduire tes photos !

Il l’avait confié en décembre dernier pour le blog Keskicpass qu’il pratiquait le risque « pour l’amour de la photo » (Mais bien sûr ! Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’aluminium !), et non le contraire: « [La photographie], c’est ma grande passion, celle qui me pousse à prendre des risques. Le principal est d’avoir la photo que j’avais en tête, peu importent les conséquences. J’essaie de sortir des photos “clichés” de Lyon et de montrer quelque chose d’autre, quelque chose de différent ».

La pratique de l’urban climbing – héritière du Parkour, (un énième nom !) -, bien que périlleuse et interdite, fait depuis quelques années de nombreux émules (et morts … ). Sur YouTube, les vidéos tournées à la GoPro du haut d’une grue ou d’un gratte-ciel multiplient les visionnages. Pour les médias, l’aspect « Trompe-la-mort » d’une telle discipline attire particulièrement les jeunes. Maxime Sirugue était l’une de ses plus jeunes victimes, car au final, personne ne trompe la mort. Quand on ne respecte pas le don de la vie, et que l’on joue à défier la dame en noir, à un moment, elle remporte toujours la partie.

La forme de l’article peut sembler un point noir, mais est malheureusement et terriblement justifiée. 18 ans, mais il y a des fois, tu as envie de dire aux parents .. Vous étiez où quand votre fils faisait ses conn****** à 40 mètres du sol et s’affichait sur le net ? Parents DUMBER ou parents inconscients ? En espérant que cette (énième) histoire servira d’exemple et dissuadera d’autres jeunes de se DUMBERiser, et d’en mourir ! RIP !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor