stopper un train

Russie : Mentaliste plus fort que Patrick Jane, il pouvait stopper un train …ah bah en fait, non..

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

Mentaliste, il pouvait stopper un train. Septembre 1989, URSS (Russie). Oublié Patrick Jane, ici il y a du lourd ! L’Union soviétique abrite un nombre croissant de psychiques et de mentalistes. Au cours des derniers mois de l’année, le pays est submergé par des mentalistes et des psychiques « autoproclamés » qui apparaissent à la télévision gouvernementale, attirent des foules immenses, et reçoivent des milliers de lettres demandant de l’aide. L’un d’entre eux, E. Frenkel, est devenu convaincu qu’il pourrait utiliser ses pouvoirs pour arrêter les véhicules sur leurs route. Il a estimé que « dans des conditions extraordinaires de menace directe pour mon organisme, toutes mes réserves seront mises en action ».

Frenkel a apparemment commencé petit – une bicyclette ici, une voiture là-bas – avant de passer aux tramways. Enfin, il a mis au point un test ultime de son pouvoir psychique: il arrêterait un train de marchandises sur ses rails.

Pour cette raison, il était prêt à confronter ses pouvoirs psychiques à un train de marchandises en 1989. Cependant, Frenkel n’aurait peut-être pas dû faire autant confiance à son pouvoir !

L’ingénieur du train qui a vu marcher au loin Frenkel, vêtu d’une chemise blanche, marchant le long du chemin de fer sur une longue distance, l’a d’un coup vu jeter son porte-documents sur le côté des rails et monter sur la voie ferrée avec les bras levés, la tête baissée et le corps tendu. L’ingénieur a tenter de stopper la machine grâce aux freins d’urgence, mais il était déjà trop tard.

Bien qu’il ait vu Frenkel et ait enfoncé les freins, il ne pouvait pas arrêter le train à temps et Frenkel, qui était envahi par ses pouvoirs mentalistes, n’a pas pu voir que quelque chose clochait et passa sous le train…

« Le freinage d’urgence n’a pas aidé, une tragédie s’est produite… », a déclaré le journal. Il n’a pas précisé quel jour Frenkel avait été tué, ni fourni d’autres détails.

L’on pourrait penser qu’il était fou, mais puisque des personnes l’adulaient, au point de passer à la télévision, et qu’il n’était ni enfermé ni craint, il avant donc pleinement conscience de ses actes, dont le dernier lui aura la vie. Dans tous les cas, Patrick Jane n’a tout compte fait pas de soucis à se faire, il reste le numéro un des mentalistes !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor