plus gros pénis

Il voulait un plus gros pénis au repos grâce à des injections, …il meurt pendant l’opération.

 Monseigneur DUMBER
Monseigneur DUMBER

Prête à la paroisse de DUMBER.land

Sponsor

Vouloir un plus gros pénis, mais …mourir pendant l’opération. Samedi 2 mars 2019, France. Le milliardaire belgo-israélien Ehud Arye Laniado, 65 ans, résidant aux États-Unis et actif dans le diamant, est mort à Paris. Mais qu’est-il arrivé vous demanderez-vous ? Quoi que, le titre de l’article en dit déjà long sur l’affaire !

Le sexagénaire, bien qu’âgé d’un certain âge, était bien en forme et, souhaitant garder toute sa vigueur sexuelle, s’est rendu à Paris pour une opération d’élargissement de son sexe par injection, appelée « pénoplastie ». Opération qui sera réalisée au centre de chirurgie esthétique Saint-Honoré-Ponthieu (8ème arrondissement parisien).

La pénoplastie, mais qu’est-ce que c’est ? La pénoplastie est une opération peu connue du grand public, qui concerne plus de huit mille personnes par an. Il s’agit de pratiquer un agrandissement du pénis, en longueur ou en largeur. La pénoplastie peut être pratiquée au bloc-opératoire avec une anesthésie générale. Ce n’est pas une opération risquée, mais en cas de raté, l’impact psychologique sur le patient peut être important. C’est pourquoi la plupart des praticiens conseillent de consulter un psychologue avant l’opération pour s’assurer de leur bon état mental. Le patient peut gagner 2,7 centimètres en longueur et 2,6 centimètres de circonférence en moyenne grâce à cette chirurgie, mais seulement au repos. En érection, le pénis fera toujours la même taille.

On peut aussi pratiquer la pénoplastie sans intervention chirurgicale, avec des injections d’acide hyalluronique dans le pénis. Le médecin appliquera une crème anesthésiante avant injection et ne réalisera aucune incision sur la verge, au contraire de la pénoplastie sous anesthésie générale, aussi appelée phalloplastie. Grâce à cette intervention, le patient peut espérer gagner deux à trois centimètres de circonférence en plus.

Problème, l’injection à peine commencée au niveau du pénis, Ehud Arye fit …un arrêt cardiaque.

Le médecin son personnel médical n’a pas réussi à faire repartir le cœur du diamantaire malgré une heure de massage cardiaque, et les pompiers de même.

Selon le personnel médical, le riche diamantaire se serait présenté en fin d’après-midi dans cette clinique spécialisée mais l’acte chirurgical aurait eu lieu en dehors des heures d’ouverture de l’établissement.

C’est Omega Diamonds, l’entreprise d’Ehud Arye Laniado qui a annoncé au grand public la mort de son propriétaire et fondateur dans un communiqué. « Adieu à un homme d’affaires visionnaire. C’est avec un grand chagrin que nous confirmons que notre fondateur Ehud Arye Laniado s’est éteint. Après avoir vécu une vie exceptionnelle, Ehud sera ramené chez lui, en Israël, la terre sera le lieu de son repos éternel. Il sera regretté par tous », était-il écrit.

La police a toutefois ouvert une enquête. Après autopsie, les enquêteurs ont décidé d’écarter l’injection comme responsable immédiate des causes de la mort. « Il n’y a pas de lien entre la piqûre sous la peau du pénis et l’arrêt cardio-respiratoire qui a entraîné la mort du client de ce centre », explique une source proche de l’enquête citée par le journal Le Point.

La médecin responsable de l’opération a toutefois été placée sous contrôle judiciaire et mise en examen pour homicide involontaire, non assistance à personne en danger et exercice illégal de la profession de médecin. En effet, si elle travaillait depuis plusieurs années au centre Saint-Honoré Ponthieu, elle n’était pas inscrite à l’Ordre des médecins en France et dispose de diplômes obtenus à l’étranger.

Par ailleurs, les enquêteurs ont eu des doutes sur les techniques de secours mises en place lors du malaise du patient : la praticienne a mis une heure à pratiquer un massage cardiaque par elle-même avant de se décider à appeler les secours. « Ma cliente conteste toute responsabilité dans le décès du patient. Non seulement concernant les soins administrés mais également au sujet de la gestion de son malaise », a déclaré son avocate au journal Le Point.

Enfin, selon les policiers locaux, le gérant de l’établissement serait venu constater la mort de Ehud Arye Laniado avant …d’immédiatement repartir. Il se serait présenté plus tard au commissariat. D’après le journal Le Point, cette enquête fut également l’occasion de se pencher sur les intérêts financiers croisée de la famille qui gère le centre le centre Saint-Honoré-Ponthieu.

C’est quand même triste de prendre un tel risque et de mourir pour quelques centimètres en plus, et au repos, quand on a tout, l’argent, la gloire, la beauté, …RIP !

Et vous, qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à partager cette histoire pour sensibiliser le plus de monde possible, ou pour en débattre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

PARTAGER CETTE ARTICLE

Sponsor